C’est quoi une MICI ?

Publié le : 20 mai 20214 mins de lecture

Maladie de Crohn et Rectocolite hémorragique, ces deux inclinations montrent d’abondantes ressemblances dans leur commencement, et il est quelquefois pénible de les particulariser. Il existe pourtant certaines dissemblances. Par exemple, la maladie de Crohn peut affecter toute la partie du tube digestif, pourtant la rectite hémorragique contemple presque constamment le recto-côlon. Mais quelle est la définition de MICI ? Comment se présente-t-il. ?

C’est quoi une MICI ?

Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin ou MICI rassemblent la maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (RCH). Les deux maladies se définissent par une irritation de la paroi d’une partie du tube digestif, redue à une déréglementation du système protecteur entérique. Cette brûlure émancipée est garante de défavorisions tissulaires et de la chronicité de la maladie. Son élaboration parait dériver de la combinaison apprêtée de causes environnementales, rapprochées à une hypersensibilité héréditaire du patient et à la réactivité spécifique de son système immunitaire.

Les MICI mutent par efforts inflammatoires, d’évolution et de répétition très transitoires suivant les patients, qui remplacent avec des cycles d’apaisement. D’après une définition de MICI, elles se particularisent par le positionnement et le début de la démangeaison dans le tube digestif, les difficultés, les causes de danger, les signes, ou encore les répliques aux médicaments.

Comment se présente les MICI ?

D’après la définition de MICI, au moment où cette maladie apparait, des douleurs ventrales et diarrhées, deux indices distinctes se produisent, le MICI se caractérise la plupart des temps par :

  • des amertumes ventrales
  • des dysenteries approches, et quelquefois saignantes
  • et encore une congestion de la région anale : une crevasse ou des furoncles

Notamment, les personnes atteintent de la maladie de Crohn sont fatiguées et atteignent parfois de la fièvre. L’état inflammatoire et la malabsorption cœliaque des nourritures peuvent souvent être garants d’une lividité, de l’existence de graisse dans les excrétions, de manques de vitamine et d’une évasion des protéines ayant compléter à un état de malnutrition avec fragilité et grossissements.

Dans la plupart des cas, les malades exhibent des signes extradigestives de leur affection : rhumatismes ou irritation des articulations, inflammation dermique, ou encore inflammation optique… Ces symptômes sont plus approches en cas de congestion du gros intestin.

Sur d’autres patients, les accès sont étroits : leur expression peut arrêter l’hospitalisation, le relâche de la nutrition et un traitement par transfusion durant certains jours.

Y a-t-il des traitements pour la maladie de Crohn ?

Apparemment, il n’y a pas encore de traitement consentant de sauver la maladie de Crohn. Jusque là, le but du traitement est de réprimander les carences nutritives et de constater l’irritation ce qui aura pour résultat d’apaiser la souffrance, la colite ainsi que les autres signes. Durant les phases d’apaisement, il est fréquemment obligatoire de suivre un régime d’entretien pour vaincre la répétition des récidives et arrêter le progrès des nuisions. Dans la plupart des cas, il est à noter que les traitements récents acceptent de bien examiner la maladie.

Plan du site